Œconomie Transition vers une économie responsable, plurielle et solidaire
Gouvernance Une gouvernance démocratique et responsable
Communauté mondiale Pratiques citoyennes pour une citoyenneté planétaire
Interdépendances humanité – biosphère Pérennité des équilibres planétaires et du bien-être des sociétés humaines
Responsabilités Un concept pivot - colonne vertébrale de l’éthique du 21e siècle
Éducation Une éducation à la responsabilité et à la citoyenneté planétaire

Zoom

La Journée des droits de l’homme de cette année marque le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée et proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1948. Pour le 10 décembre 2018, plusieurs événements de haut niveau sont en cours d’organisation. notamment une conférence du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme à Paris, une cérémonie du Prix des droits de l’homme des Nations Unies à New York et la cérémonie du Prix Nobel de la paix à Stockholm.

Bien que ces événements et d’autres se concentrent sur la célébration des réalisations en matière de droits de l’homme, le Forum de tutelle de la Terre mettra en exergue les liens entre droits de l’homme et responsabilités en ce qui concerne la situation difficile de l’humanité, c’est-à-dire vivre durablement sur une planète finie. L’espace opérationnel sûr et juste pour l’humanité est marqué par des fondements sociaux (droits de l’homme) et des limites écologiques (limites planétaires). Alors que l’humanité a maintenant franchi certaines de ces limites écologiques, continuer à vivre dans la dignité et la prospérité requiert un sens profond de la responsabilité et pour une tutelle de la Terre.

The Hague Principles for a Universal Declaration on Human Responsibilities and Earth Trusteeship.

ResponsAbility remet en question la pensée conventionnelle concernant notre gouvernance et nos cadres juridiques. Les courants croisés des visions du monde, des systèmes de connaissances, d’institutions, des lois et des formes de gouvernance persistantes et établies sont maintenant en contradiction avec les innovations tournées vers l’avenir, conçues pour aider les sociétés à faire la transition vers des économies à faibles émissions de carbone et vers l’équité sociale. Ce livre explore les moyens par lesquels nous pouvons évoluer vers de nouvelles structures de gouvernance et juridiques qui reflètent plus efficacement notre nouvelle relation avec la Terre dans l’Anthropocène.

Le livre est écrit par un groupe d’éminents spécialistes et d’experts de divers horizons, qui apportent tous de nouvelles connaissances et analyses provenant de régions océaniques et continentales. Beaucoup sont des références en matière de droit, tandis que d’autres apportent une expertise sur les connaissances autochtones, le climat, l’eau, la gouvernance et la philosophie pour s’engager dans le droit. Parmi ses contributeurs figurent Son Altesse Tui Atua Tupua Tamasese Ta’isi Efi, chef de l’État du Samoa, le juge Sir E. Taikākurei Durie, Dame Anne Salmond, Pierre Calame et Adrian Macey. Un certain nombre de scénarios sont présentés tout au long du livre pour réaligner les lois locales et mondiales afin d’institutionnaliser la responsabilité en matière d’équité sociale, environnementale tout en étant centrée sur la Terre.

Ouvrage disponible en anglais.

Références

En plein milieu de la tenue de la COP24 en Pologne (la 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques – démarrée lundi 3 décembre 2018), un constat s’impose. La tâche principale de la COP24 consiste à élaborer un ensemble de décisions garantissant l’application de l’Accord de Paris, engagé lors de la COP21, en 2015.
Or, sans changement de référentiel intellectuel, peu de chances de relever les défis du 21ème siècle...

Vous trouverez ci-après le quatrième numéro de notre Newsletter :

Pour vous abonner, cliquez ici

Les dernières productions

Agenda